Le pari de la reprise économique en Europe

Related Content Related Video Related Articles

Augustin Picquendar, fund manager at DNCA Finance gives its views on current European equities in a diversified portfolio management.

    • La reprise se confirme en Europe, tirée par la consommation.
    • Les résultats des entreprises montrent des signes d’embellie.
    • La correction récente est un bon point d’entrée dans le marché.
    •  Nous préférons les titres qui ont un fort effet de levier sur la croissance européenne.

Après un début d’année en fanfare, la fin du mois d’avril a été une période plus difficile sur les marchés actions. Ceux-ci ont été déstabilisés par la situation grecque qui continue de susciter beaucoup d’interrogations.

Son issue reste incertaine au vu des revirements constants des négociateurs grecs qui soufflent le chaud et le froid en permanence. La volatilité des marchés a également reflété la déception suscitée par la croissance du premier trimestre aux Etats-Unis.

Certes, celle-ci est bien en dessous des attentes (0.2% contre 1% attendu). Mais cet accès de faiblesse est lié, selon nous, à des facteurs conjoncturels. Comme l’an passé, les conditions météo ont eu un impact négatif.

A celui-ci s’ajoutent l’effet des grèves, notamment dans les ports de la côte ouest, d’un dollar fort et de la baisse du baril de pétrole avec ses effets négatifs sur les investissements dans le secteur pétrolier.

Il est donc possible que la banque centrale américaine ne relève pas ses taux directeurs avant septembre. Cette perspective, qui est maintenant bien intégrée par le marché, a fait baisser le dollar contre l’euro ainsi que le cours des valeurs exportatrices européennes.

Le marché a également souffert d’une remontée des taux, même si ceux-ci restent très bas. Le Bund 10 ans a ainsi vu son rendement prendre plus de 50 points de base pour atteindre 0.58% aujourd’hui. Cette hausse des taux a contrarié à court terme, l’« alignement des planètes » du début d’année.

Cependant, nous percevons cette correction comme un point d’entrée dans le marché car l’environnement macro et micro économique reste bon. Les perspectives de croissance pour la zone euro s’améliorent.

La Commission européenne vient de relever ses prévisions de 1.3% à 1.5% pour 2015. Cette reprise se diffuse aux entreprises. Près d’un tiers des sociétés cotées ont déjà publié leurs résultats pour le premier trimestre et on n’avait pas vu une aussi belle saison en termes de dépassement des attentes depuis mi-2012 !

Les prévisions de résultats et de chiffres d’affaires étant aussi revues à la hausse dans les guidances publiées par les entreprises, nous nous attendons à ce que le consensus relève ses prévisions de bénéfice par action pour 2015.

Cette dynamique devrait rendre la valorisation des marchés attractive.

preloader
Close Window
View the Magazine





You need to fill all required fields!