L’AFG accueille favorablement la loi Macron

L’association française de la gestion financière (AFG) s’est réjouie des mesures incluses dans la loi Macron, adoptée le 10 juillet, en faveur de l’épargne salariale, du capital investissement et des OPCI.

Des mesures que l’AFG qualifie d’ “avancées très positives qui renforcent le financement des entreprises et rendent plus efficace l’épargne à long terme des Français, dans une logique gagnant-gagnant.”

Parmi les mesures phares de la loi Macron figure notamment l’intéressement investi par défaut dans le plan d’épargne d’entreprise (PEE).

“Désormais, sauf choix contraire du salarié, l’affectation naturelle de l’intéressement sera le PEE et non plus le versement immédiat. Ainsi, le régime de l’intéressement se rapproche de celui de la participation dans une optique d’épargne, le salarié restant naturellement au final libre de son choix,” commente l’association.

L’AFG a décortiqué les mesures relatives aux plans d’d’épargne retraite collectifs (PERCO).

Le taux forfait social a entre autres été allégé de 20% à 16% sur les versements investissant au minimum  7% dans des titres de petites-moyennes entreprises et entreprises de tailles intermédiaires.

L’option d’investissement par défaut (le salarié restant libre de son choix) sera désormais la gestion pilotée en fonction de l’âge du bénéficiaire, indique l’AFG.

“Cette gestion pilotée permet de réduire le risque financier à l’approche de la retraite, tout en permettant de capter le rendement des placements actions. Les placements monétaires, encore trop utilisés et peu adaptés à un horizon de long terme, ne seront privilégiés que pendant les dernières années qui précèdent l’échéance du PERCO,” décrypte l’association.

L’AFG note également dans la loi “d’intéressantes avancées” qu’elle soutient, pour favoriser et simplifier l’investissement dans les entreprises, en particulier les PME.

“A la sortie de leurs contrats d’assurance-vie en unités de compte, les souscripteurs pourront opter, avec l’accord de l’assureur et sous certaines conditions, pour la remise en parts de fonds communs de placement à risques (FCPR) notamment,” explique notamment l’association.

L’autre bonne nouvelle de la loi Macron pour l’industrie de la gestion d’actifs française réside dans la création de la Société de Libre Partenariat (SLP), un nouveau produit destiné à concurrencer les limited partnerships de droit anglo-saxon.

Ces nouvelles sociétés, répondant aux critères de transparence fiscale prévus dans les traités bilatéraux, doivent permettre de simplifier les investissements conjoints d’investisseurs français et étrangers en France.

Les organismes de placement collectif immobilier (OPCI) ont fait l’objet de deux mesures, “dont l’AFG se félicite”.

Les OPCI pourront désormais acquérir, à titre accessoire, des meubles et des biens d’équipements affectés aux actifs immobiliers, directs et indirects, placés en location.

“Cette modification devrait favoriser certains programmes immobiliers tels que les chambres seniors ou étudiantes par exemple,” précise l’AFG.

L’entrée des OPCI dans des proportions plus significatives à l’actif des fonds communs de placement d’entreprise (FCPE) est également accueillie favorablement.

Une mesure “qui offre aux fonds d’épargne salariale une nouvelle source de diversification de leur investissement intéressante compte tenu de leur décorrelation des marchés financiers et du rendement récurrent qu’ils génèrent,” explique encore l’AFG.

preloader
Close Window
View the Magazine





You need to fill all required fields!