Marché du crédit : jusqu’où ira l’engouement des investisseurs ?

Chris Bullock, gérant du Horizon European Corporate Bond Fund, livre son point de vue sur les tendances du marché du crédit en ce début d’année et sur les perspectives d’évolution pour 2012.

« Il est évident que si l’Europe souhaite avancer vers une intégration fiscale plus large et plus approfondie, il sera nécessaire pour les pays européens d’effectuer en 2012 des référendums et il est difficile de prévoir qui du oui ou du non l’emportera. »

« Enfin, l’obsession de l’Europe pour les plans d’austérité finira par avoir un impact négatif sur la croissance au cours de l’année et il est évident qu’à l’heure actuelle, les politiques n’apportent pas vraiment de solutions aux problèmes sous-jacents des déséquilibres commerciaux et aux questions de productivité auxquels la zone euro fait face actuellement. »

« Tous les regards sont actuellement tournés vers la Grèce, les émissions obligataires en cours des états souverains européens ainsi que les premières annonces de résultats. Mais, ce qui est sûr, c’est qu’avec des taux d’intérêts plus ou moins inchangés sur les marchés développés offrant des taux réels négatifs, les obligations d’entreprises continuent d’offrir un ratio rendement/risque relativement  attractif. »

« Le marché du crédit a bien démarré l’année, les données économiques en provenance des Etats-Unis se sont légèrement améliorées et les investisseurs ont montré une certaine appétence pour le crédit. »

« Le lancement par la BCE de son opération de refinancement à trois ans est perçu par les investisseurs dans leur ensemble comme un élément positif pouvant changer la donne et commence à générer une réelle demande pour le crédit à beta élevé. La question est de savoir si cet engouement va se prolonger? »

« Une chose est sûre cependant, les nouvelles émissions ont été relativement attractives. Les premiums sur émissions que ce soit sur les obligations sécurisées, les obligations d’entreprises ou encore sur les obligations financières non sécurisées, ont été relativement importantes et la demande sur ce type d’actifs a été extrêmement forte. »

« Nous avons vu des émissions qui ont été sursouscrites sept voire huit fois. Il semble en revanche que ce soit les entreprises les plus solides qui aient accès au marché et nous n’avons donc pas vu de sociétés plus faibles faisant appel au marché. Le marché européen des obligations à haut rendement a donc encore surement de beaux jours devant lui. »

preloader
Close Window
View the Magazine





You need to fill all required fields!